Une parole vivante

Androula Michael, Jacques Villeglé

Resumo


D'un ton chaleureux, d'une rare clairvoyance et sensibilité, grand témoin d'une époque Jacques Villeglé livre ici un témoignage exceptionnel sur l'état de l'art et de la critique en France depuis le milieu du siècle dernier. Il revient sur ses années de formation en pleine Occupation de la France par les Allemands où il était difficile de se documenter. Etre artiste, pensait-il ne devrait pas être une activité pour lui, puisque les critiques réactionnaires qualifiaient alors de juifs ou des dégénérés les artistes les plus importants de l'époque. Picasso était l'artiste qu'il aurait aimé fréquenter même s'il le considérait en quelque sorte comme son rival. Duchamp n'avait pas, dit-il, compté pour son travail ; il avoue d'ailleurs de ne pas avoir fait l'effort d'aller à sa rencontre, alors que plusieurs occasions s'étaient présentées. Villeglé revient sur sa relation avec le critique d'art et auteur du manifeste du Nouveau Réalisme, Pierre Restany dont il rappelle avec force de détails plusieurs traits de sa personnalité complexe. Parallèlement, il éclaire en filigrane sa propre pratique du décollage des affiches lacérées, activité qui était une action directe dans la vie, d'une portée sociologique et politique certaine et qui rompait définitivement avec l'art du chevalet.

Palavras-chave


Nouveau réalisme, "affiches lacérées", Pablo Picasso, Marcel Duchamp, readymade, Alfred Jarry, Pierre Restany.

Texto completo:

PDF-FR (Français (France))


DOI: https://doi.org/10.22456/2179-8001.80100

Direitos autorais 2017 Androula Michael, Jacques Villeglé

Licença Creative Commons
Este obra está licenciado com uma Licença Creative Commons Atribuição-NãoComercial-CompartilhaIgual 4.0 Internacional.

PORTO ARTE: e-ISSN 2179-8001


INDEXADORES

PROPESQ

"

LATINDEX

Resultado de imagem para redib logo